Nous utilisons les cookies pour améliorer notre site et votre expérience de navigation. En continuant à parcourir le site, vous acceptez l'utilisation des cookies. Vous trouverez plus d'informations relatives à la confidentialité ici. Vous trouverez plus d'informations relatives à la confidentialité ici.

Accepter.

Princesse camionneuse Christina Scheib

au stand du salon IAA de SPEEDLINE TRUCK

Date: 4. octobre 2018
Plus de liens:

Pour la quatrième fois, SPEEDLINE TRUCK a participé à l'IAA pour véhicules commerciaux à Hanovre du 20 au 27 septembre. En plus du programme de produits complet, il y a eu un autre temps fort cette fois: Le vendredi 21 septembre, la princesse camionneuse Christina Scheib (33) nous a rendu visite à notre stand du salon.

À 14h, Uwe Springer, SPEEDLINE TRUCK Sales Manager pour l’Allemagne et l’Autriche, lui a donné une roue de poids lourd très spéciale en cadeau à notre stand E10 dans la halle 24: une SLT 2907 polie miroir dans la taille 22.5 × 9.00 pouces, gravée spécialement pour elle par le tatoueur de jantes Edmund «Eddy» Schuster.

Nous avons profité de l’occasion pour lui poser quelques questions.

Christina, quand et comment as-tu eu l’idée de devenir conductrice de poids lourd?

Dès mon enfance, je rêvais de choisir une profession inhabituelle pour les femmes. J’ai d’abord pensé à charpentière ou menuisière. Mais malheureusement, j’ai un peu perdu cet objectif de vue et j’ai appris le métier d’aide-soignante. Les années passaient et j’ai débuté dans une société de remorquage en tant que dépanneuse, l’envie de conduire un poids lourd est devenue de plus en plus forte et j’ai travaillé dur pour pouvoir financer le tout. Finalement, j’y suis arrivée et j’ai réalisé mon rêve, je n’en regrette aucune minute et aucun centime.

Comment c’est de travailler dans un secteur aussi spécifique aux hommes? D’après toi, quels sont les avantages et les inconvénients? Qu’est-ce qui te plaît particulièrement dans ton travail?

Contrairement à l’opinion de beaucoup d’hommes qui aiment protéger et soutenir, nous les femmes, nous sommes heureuses aussi de pouvoir faire les choses «sans aide». Sinon, nous ne voudrions pas exercer cette profession, si nous ne le pouvions pas. Personnellement, je trouve très agréable de travailler dans un secteur masculin. Pas seulement pour montrer que je peux aussi le faire en tant que femme, mais aussi pour faire quelque chose de spécial.

Comme inconvénient, je dirais qu’en tant que femmes, nous devons faire chaque jour nos preuves. En effet, quand il arrive à un débutant de ne pas rouler parfaitement à reculons, tout le monde dit: «Il est encore jeune, il doit encore apprendre.» Mais quand une femme est dans un mauvais jour (ce qui peut aussi arriver aux hommes), on dit: «C’est typique des femmes, elle ne sait même pas reculer.» C’est donc parfois plus fatigant en tant que femme. Nous devons toujours nous donner à 120 pour cent.

Ce que j’aime le plus dans mon travail, c’est de voir le résultat. La nouvelle route ou la nouvelle maison… simplement voir à quoi on a contribué.

À quel point de belles jantes sont-elles importantes pour toi (que ce soit sur des voitures ou des poids lourds)?

De belles jantes sont tout aussi importantes qu’un poids lourd bien nettoyé. C’est la première impression et pour moi, il est très important que tout soit propre.

D’où connais-tu SPEEDLINE TRUCK et Eddy? Comment est née cette action ici à notre stand?

Je connais SPEEDLINE TRUCK à travers mes propres jantes sur ma voiture. J’ai découvert Eddy et son travail à travers Facebook.

Comment trouves-tu l’idée de graver les jantes? Que feras-tu de la roue SLT tatouée?

J’aime l’idée. C’est quelque chose d’inhabituel. Ça ne plairait peut-être pas à tout le monde, mais les gens qui ont une voiture ou un poids lourd spécial aimeront aussi les jantes particulières.

On peut aussi te voir dans différentes émissions télévisées, par ex. «Asphalt Cowboys». Comment es-tu arrivée là?

J’ai rejoint les «Asphalt Cowboys» plutôt par hasard. La société de production a entendu parler de moi et m’a écrit pour me demander si j’aurais envie de participer. D’abord, j’ai cru que c’était une blague. Après de longues recherches, il s’est avéré que ce n’était pas une blague. J’y croyais à peine, j’ai appelé mon chef et j’ai demandé s’il pouvait l’imaginer. Il a répondu oui sans hésiter et tout a suivi son cours.

As-tu aimé l’IAA, en particulier notre stand?

J’ai trouvé l’IAA très intéressant. J’ai beaucoup aimé votre stand du salon. Les gens étaient aimables, c’était parfaitement structuré et le tout a été très informatif. Je me réjouirais de vous revoir dans deux ans à Hanovre!

Nous te remercions aussi pour ta visite, Christina!